Fonctions et différenciation des cellules microgliales

Institution

Université Pierre et Marie Curie
Inserm
CNRS
ED158
Université Pierre et Marie Curie

Laboratory

UMRS975 UMR7225

Mots clefs

Neuroinflammation
Microglia
CNS development
Amyotrophic Lateral Sclerosis (ALS)
Alzheimer’s Disease (AD)

publications

Effect of Exposure to 1,800 MHz Electromagnetic Fields on Heat Shock Proteins and Glial Cells in the Brain of Developing Rats. Watilliaux A, Edeline JM, Lévêque P, Jay TM, Mallat M. Neurotox Res. 2011 Aug;20(2):109-19

Schwann cells expressing dismutase active mutant SOD1 unexpectedly slow disease progression in ALS mice. Lobsiger CS, Boillee S, McAlonis-Downes M, Khan AM, Feltri ML, Yamanaka K, Cleveland DW. Proc Natl Acad Sci USA. 106:4465-70. (2009)

Mutant SOD1 in cell types other than motor neurons and oligodendrocytes accelerates onset of disease in ALS mice. Yamanaka K*, Boillée S*, Roberts EA*, Garcia ML, McAlonis-Downes M, Miske O, Cleveland DW, Goldstein LS. Proc Natl Acad Sci USA. 105:7594-9. (* equal contribution). (2008)

Neurotoxic activation of microglia is promoted by a Nox1-dependent NADPH oxidaseCheret C, Gervais A,  Colin C, Lelli A, Amar L, Ravassard P, Mallet J, Cumano A, Krause KH, Mallat M.J. Neurosci  28: 12039-51 (2008)



Fields of research

Neuropharmacology / cell signaling

Research Theme

Notre recherche se concentre sur le rôle de la microglie et les mécanismes qui déterminent le recrutement des cellules microgliales au cours du développement normal ou de maladies neurodégénératives. Nous avons montré que la microglie exprime deux types de NADPH oxydases, NoX1 et Nox2, qui régulent leur capacité à produire des cytokines et espèces réactives de l'oxygènes neurotoxiques, responsables de lésions neuronales dans des contextes neuro-inflammatoires. Nos travaux, en cours, visent à comprendre le rôle des Nox microgliales dans le développement normal du SNC ainsi que dans des maladies neurodégénératives tell que la maladie d’Alzheimer (MA) à l’aide de modèles animaux de cette pathologie.

Nous avons également montré que dans des modèles murins de sclérose latérale amyotrophique (SLA), la maladie la plus commune du motoneurone chez l'adulte, les cellules gliales et en particulier les cellules microgliales / macrophages favorisent la neurodégénérescence au cours de la phase symptomatique de la maladie. Nos travaux actuels portent sur différentes signalisations impliquées dans les interactions motoneurones -microglie / macrophages afin de mettre en évidence de nouvelles cibles d’intérêt thérapeutique.